Paradis Latin

Paradis Latin
INFORMATIONS PRATIQUES
Durée du spectacle : 1h30
Tous les jours sauf mardi :
Spectacle à 21h30
Dîner-spectacle à 20h00
Adresse : 28 rue du Cardinal Lemoine - Paris 5e
Réserver

Histoire du Paradis Latin


Napoléon Bonaparte, Premier Consul de France se prononça pour la construction d’un théâtre rue des Fosses-Saint-Victor (anciennement nommée) à l’endroit mythique où s’érigeait, un siècle auparavant, le Mur de Philippe Auguste. Il le nomma le Théâtre Latin et l’inaugura en 1803. Les grands noms de la littérature française se pressent dans son sous-sol, qu’ils surnomment bientôt « l’abreuvoir littéraire ». On y rencontre Balzac, Alexandre Dumas, le père mais aussi le fils, puis Prosper Mérimée.

Laissé à l’abandon, l’Exposition Universelle oblige la Ville de Paris à réhabiliter ce lieu en ruine qui se trouve à 500 mètres de la Cathédrale de Notre-Dame. Qui de plus approprié à l’époque que Gustave Eiffel en personne pour ce faire ?

Le 20 janvier 1889, le théâtre rouvre ses rideaux sous le nom de Paradis Latin. C’est un succès quasi immédiat. Mais ce cabaret Rive-Gauche ne connaîtra pas la Belle Epoque. Les nouveaux cabarets qui peuplent la rive Droite et surtout Montmartre, à l’instar du Moulin Rouge qui ouvre ses portes en automne 1889 lui volent la vedette. Le Paradis Latin tombe une nouvelle fois dans l’oubli et dans la ruine.

En 1973, un promoteur immobilier, Jean Kriegel acquiert l’immeuble désormais au 28 bis de la rue du Cardinal Lemoine afin d’en faire un immeuble d’appartements. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre sous les murs défraîchis les structures intactes et resplendissantes de Gustave Eiffel ? Une nouvelle découverte achève de combler le nouveau propriétaire : une magnifique coupole dont les peintures reprennent les thèmes de l’opérette, de la danse et de l’excentricité burlesque. Se ravisant, Jean Kriegel décide de redonner à cet endroit ces lettres de noblesses et d’en faire le plus beau cabaret de Paris.

Rouvert en 1977 sous la houlette du renommé Jean-Marie Rivière, le Paradis Latin présente sa première revue simplement baptisée « Paradis Latin ». A nouveau, c’est le succès. Il faut dire que la première se voit clore par Thierry le Luron en personne, le plus célèbre des imitateurs et comiques français qui singera pour l’occasion, le président Valéry Giscard d’Estaing. Le Paradis Latin est à nouveau au centre des soirées à Paris et le reste encore aujourd’hui avec sa revue "Paradis à la Folie".

Paradis à la Folie c’est un spectacle dans la grande tradition du cabaret parisien. De la danse chantée, colorée, de magnifiques costumes et de somptueux décors, de la magie, du burlesque mais aussi et surtout, du French Cancan. 35 danseuses et danseurs venus des quatre coins du monde. Les tableaux du spectacle Paradis à la Folie s’inspire de la thématique de la fête à travers l’Histoire : Adam et Eve se rencontrent dans le jardin d’Eden, Vérone et Roméo et Juliette, la fête de la Rose, un Bal donné à la cour du Roi Louis XV. C’est un spectacle historique et moderne à la fois, sur un son rock, techno et même tectonique, mouvement lancé dans les années 2000. 15 tableaux qui font la part belle au célèbre French Cancan et 2 shows d’envergure internationale font de la revue Paradis à la Folie du Paradis Latin, le spectacle à ne pas manquer à Paris.

Réservez vos billets pour le Paradis Latin avec notre partenaire Come to Paris.

Réserver

Réserver

Histoire du Paradis Latin


Napoléon Bonaparte, Premier Consul de France se prononça pour la construction d’un théâtre rue des Fosses-Saint-Victor (anciennement nommée) à l’endroit mythique où s’érigeait, un siècle auparavant, le Mur de Philippe Auguste. Il le nomma le Théâtre Latin et l’inaugura en 1803. Les grands noms de la littérature française se pressent dans son sous-sol, qu’ils surnomment bientôt « l’abreuvoir littéraire ». On y rencontre Balzac, Alexandre Dumas, le père mais aussi le fils, puis Prosper Mérimée.

Laissé à l’abandon, l’Exposition Universelle oblige la Ville de Paris à réhabiliter ce lieu en ruine qui se trouve à 500 mètres de la Cathédrale de Notre-Dame. Qui de plus approprié à l’époque que Gustave Eiffel en personne pour ce faire ?

Le 20 janvier 1889, le théâtre rouvre ses rideaux sous le nom de Paradis Latin. C’est un succès quasi immédiat. Mais ce cabaret Rive-Gauche ne connaîtra pas la Belle Epoque. Les nouveaux cabarets qui peuplent la rive Droite et surtout Montmartre, à l’instar du Moulin Rouge qui ouvre ses portes en automne 1889 lui volent la vedette. Le Paradis Latin tombe une nouvelle fois dans l’oubli et dans la ruine.

En 1973, un promoteur immobilier, Jean Kriegel acquiert l’immeuble désormais au 28 bis de la rue du Cardinal Lemoine afin d’en faire un immeuble d’appartements. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre sous les murs défraîchis les structures intactes et resplendissantes de Gustave Eiffel ? Une nouvelle découverte achève de combler le nouveau propriétaire : une magnifique coupole dont les peintures reprennent les thèmes de l’opérette, de la danse et de l’excentricité burlesque. Se ravisant, Jean Kriegel décide de redonner à cet endroit ces lettres de noblesses et d’en faire le plus beau cabaret de Paris.

Rouvert en 1977 sous la houlette du renommé Jean-Marie Rivière, le Paradis Latin présente sa première revue simplement baptisée « Paradis Latin ». A nouveau, c’est le succès. Il faut dire que la première se voit clore par Thierry le Luron en personne, le plus célèbre des imitateurs et comiques français qui singera pour l’occasion, le président Valéry Giscard d’Estaing. Le Paradis Latin est à nouveau au centre des soirées à Paris et le reste encore aujourd’hui avec sa revue "Paradis à la Folie".

Paradis à la Folie c’est un spectacle dans la grande tradition du cabaret parisien. De la danse chantée, colorée, de magnifiques costumes et de somptueux décors, de la magie, du burlesque mais aussi et surtout, du French Cancan. 35 danseuses et danseurs venus des quatre coins du monde. Les tableaux du spectacle Paradis à la Folie s’inspire de la thématique de la fête à travers l’Histoire : Adam et Eve se rencontrent dans le jardin d’Eden, Vérone et Roméo et Juliette, la fête de la Rose, un Bal donné à la cour du Roi Louis XV. C’est un spectacle historique et moderne à la fois, sur un son rock, techno et même tectonique, mouvement lancé dans les années 2000. 15 tableaux qui font la part belle au célèbre French Cancan et 2 shows d’envergure internationale font de la revue Paradis à la Folie du Paradis Latin, le spectacle à ne pas manquer à Paris.

Réservez vos billets pour le Paradis Latin avec notre partenaire Come to Paris.

Réserver

Paradis Latin

Êtes-vous sûr de vouloir retourner sur le site sans envoyer votre devis ?

  
OK